La traduction technique au service de l’industrie

La traduction technique se rapporte principalement aux secteurs dans lesquels une terminologie spécifique au client est utilisée. La traduction technique pourrait être qualifiée d’utilitaire car elle rejoint différents domaines comme la mécanique, l’environnement, l’électronique et l’électricité, pour ne nommer que ceux-là.

Il est d’usage de penser que seul un spécialiste, notamment un ingénieur spécialisé dans le domaine en question, est capable de traduire un document technique car il a une excellente compréhension de la terminologie employée. Cependant, le métier de traducteur requiert des connaissances linguistiques approfondies que seule la formation universitaire peut fournir. Différents outils informatiques permettent aujourd’hui au traducteur d’harmoniser la terminologie dans un domaine spécifique pour un client donné. On peut notamment citer les mémoires de traduction ainsi que les glossaires techniques permettant de couvrir un domaine bien spécifique. La traduction technique implique donc une certaine rigueur terminologique. La pratique permettra au traducteur technique de développer une spécialisation dans le domaine concerné afin de produire une traduction de qualité.

Des études récentes ont démontré la prédominance de la traduction technique par rapport aux autres types de traduction spécialisée. « Selon Vande Walle (2007, apud Scarpa, 2010 : 95), en 2006, 99 % des textes traduits en Europe étaient des textes dans les domaines technique (39 %), commercial (26 %), juridique (12 %), médical (9 %), administratif (9 %) et scientifique (4 %). 1 % des textes traduits étaient des textes à caractère général. ». La traduction technique a une finalité pratique plutôt liée à un savoir-faire. Un professionnel de la traduction sera en mesure de transmettre ces données objectives et restituer avec précision et concision le sens du message en respectant les expressions caractéristiques, les termes et les formules usités.

« On doit reconnaître que l’adaptation et la recréation font partie intégrante de la traduction (technique). Traduire, c’est aller vers le lecteur et lui apporter une information qui réponde à son attente » (Durieux 1990 : 178).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *