Keep calm : la santé mentale des traducteurs

Rappelons tout d’abord que les traducteurs exercent en majeure partie en tant qu’indépendants, 85 % d’entre eux en 2015 selon la Société Française des Traducteurs. Ce statut, qui permet à la fois de l’autonomie et une liberté d’organisation de son temps, a un certain prix. En effet, comme pour tous les indépendants, l’instabilité financière constitue le principal facteur de stress, notamment lors du démarrage de l’activité où le travail est variable d’un mois à l’autre.

Les personnes introverties ont peut-être choisi cette profession car rester chez soi, ne voir personne et ne pas sortir semblait judicieux. Néanmoins, comme nous avons pu le voir pendant deux mois de confinement, les gens n’apprécient pas tellement la solitude, qui fait pourtant bien partie du métier de traducteur indépendant.

Beaucoup de personnes habituellement salariées se sont retrouvées dernièrement confrontées au même problème que les libéraux pendant le confinement : l’isolement. Selon notre personnalité, cela peut être perçu comme un point positif ou négatif. Il convient de se poser la question : j’ai besoin de contact social ? Je préfère travailler seul ? Être non salarié signifie ne pas avoir de collègues ou de hiérarchie à qui s’adresser en cas de besoin, que ce soit pour un aménagement des horaires ou un soutien moral.

Cela dit, le traducteur indépendant est-il si solitaire ? Après tout, il existe d’autres modes de communication, il est en contact avec des agences ou des clients mais il peut également élargir son réseau : en communiquant avec d’autres traducteurs via les réseaux sociaux, en participant à des conférences, évènements ou cours en ligne etc. Hors cadre professionnel, le simple fait de voir du monde à l’extérieur est primordial. Pour ceux qui ne pensent pas supporter l’isolement, ou même juste le travail à la maison par manque de discipline, il faudrait prendre en considération les espaces de coworking ou avoir son propre bureau en dehors de chez soi. Cela peut sembler futile mais pendant l’épisode de coronavirus, les articles fusaient sur les difficultés et conseils liés au télétravail. Dans tous les cas, il faut définir un cadre de travail, que ce soit le lieu ou les horaires, afin d’atteindre un équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. C’est essentiel pour des conditions de travail optimales et ainsi éviter les constantes interruptions par les autres membres de la famille.

 

Sarah BONNINGUE

« Lien vers le billet original sur le blog MasterTSM@Lille : https://mastertsmlille.wordpress.com/2020/10/18/traduction-environnementale-la-specialisation-de-demain/« 

Laisser un commentaire